Vous avez un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ? Vous vous demandez comment mieux l’assister dans cette épreuve ? Vous envisagez de devenir aidant et vous vous demandez quel serait votre rôle ? Sachez que cette maladie a des répercussions dans le quotidien, le sien, celui de l’entourage, mais également dans celui de l’aidant.

Découvrez les symptômes de la maladie d’Alzheimer, comment aider ces malades et qu’implique le rôle d’un aidant.

La maladie d’Alzheimer, c’est quoi et comment aider les patients ?

Il s’agit d’ une maladie neurodégénérative qui se caractérise par une perte progressive de la mémoire ainsi que des fonctions cognitives telles que :

  • L’aphasie (troubles du langage) ;
  • L’apraxie (gêne pour effectuer certains gestes) ;
  • L’agnosie (impossible de reconnaître des personnes ou objets ) ;
  • Incapacité à s’adapter à un contexte donné.

Cette maladie serait à l’origine de deux lésions neuropathologiques cérébrales, progressant petit à petit vers la région hippocampique et l’ensemble du cortex cérébral.

Obtenez des informations plus complètes sur cette maladie sur le site France-Alzheimer.org.

Traitement et entourage des malades atteints d’Alzheimer ?

Dans le cas de cette maladie, il n’y a pas de traitement médicamenteux permettant d’anticiper la maladie ou de freiner son évolution.

Il s’agit plutôt d’un accompagnement visant à préserver l’autonomie et le bien-être du malade. Plus la prise en charge est faite tôt, plus cela permettra de maintenir longtemps les possibilités d’autonomie telles que les capacités visuelles et auditives, la motricité, etc.

Lire aussi  Le magnétisme : une solution pour les personnes seniors ?

Pour cela, il aura besoin du soutien d’un aidant et d’être entouré par une équipe multidisciplinaire composée d’un médecin traitant et de divers spécialistes. L’équipe peut également faire appel, selon les besoins du malade, à d’autres professionnels de santé.

Les professionnels pouvant évoluer autour du malade sont des neurologues, psychiatres ou psychologues, gériatres, radiologues, ergothérapeutes, orthophonistes, infirmiers, neuropsychologues, psychomotriciens, kinésithérapeutes.

Les aidants auprès des malades d’Alzheimer

Un aidant est une personne qui viendra assister le malade atteint d’Alzheimer. Il peut s’agir d’un proche, d’un membre de la famille, d’un voisin.

Pour cela, il existe des formations dédiées pour devenir un aidant non professionnel. On apporte ainsi à cette personne les connaissances nécessaires sur la maladie et on lui fournit des méthodes concrètes pour un bon accompagnement du quotidien, pour maintenir une bonne communication avec le patient.

Les formations proposent également des groupes d’échanges entre aidants permettant de communiquer sur leurs connaissances et expériences.

Un rôle essentiel

Pour les patients atteints d’Alzheimer. L’aidant aura un rôle essentiel puisqu’il deviendra part de son entourage, un véritable soutien qui prendra soin de lui au quotidien.

Cette maladie est également très compliquée pour les proches du malade, la personne devenant aidante apportera ainsi un soulagement et un soutien aux autres membres de l’entourage.

Ses principales fonctions avec le patient sont :

  • Réaliser les soins du patient ;
  • L’aider à maintenir son autonomie ;
  • L’aider à préserver une vie sociale ;
  • Procéder aux démarches administratives ;
  • Réaliser pour lui les tâches domestiques ;
  • S’assurer du bon suivi de son traitement.

Les qualités requises pour devenir aidant

Devenir aidant, vivre quasi quotidiennement avec une personne atteinte d’une maladie dégénérative est très éprouvant physiquement et moralement.

Lire aussi  Tout savoir sur le patchwork japonais pour les séniors

Vis-à-vis du patient, il faut savoir faire preuve d’empathie, de gentillesse, de dévouement, parfois de créativité et d’humour. Il faut, de base, aimer aider les gens, avoir des capacités et compétences sociales.

Mais l’une des règles, parfois difficile à appliquer tant on est pris dans le tourbillon du quotidien, est de savoir prendre du recul et prendre soin de soi en tant qu’aidant.

Les risques de ce rôle

Parfois, la tâche est si éreintante qu’on arrive à un point d’épuisement. On ne peut pas apporter de l’aide et du soutien à quelqu’un si l’on n’en a pas soi-même. Il faut donc apprendre à se préserver.

Certains symptômes montrent que l’aidant lui-même a besoin d’aide, car il est en train de négliger sa propre santé.

Et notamment si vous :

  • Avez des problèmes de sommeil ;
  • Ressentez une fatigue anormale ;
  • Vous sentez stressé ou anxieux ;
  • Vous isolez socialement ;
  • Consommez des médicaments ou de l’alcool.

Les aides pour les aidants eux-mêmes

Comme nous l’avons vu, la formation des aidants est un bon point de départ puisqu’ elle leur permet d’avancer dans ce nouveau métier en se sentant moins démunis, grâce aux connaissances qui leur sont apportées.

Mais, il existe également des plateformes d’accompagnement et de répit pour aider les aidants à lutter contre l’épuisement. Ces aides se matérialisent par un soutien psychologique et par des solutions de repos. En effet, il est plus que courant d’être réveillé en pleine nuit par le malade qui se sent totalement désorienté.

Cela impacte donc le sommeil du soignant et donc son énergie. La solution de répit sera alors de pouvoir placer le malade temporairement dans un centre d’hébergement, ou de faire appel de façon ponctuelle à une aide à domicile, afin de permettre à l’aidant de se reposer pour mieux affronter les jours suivants.