Pour jouir d’une bonne retraite, il est capital de valider ses trimestres. En effet, la validation des quatre trimestres que comporte une année est la préoccupation de nombreux travailleurs.

Ainsi, contrairement aux idées préconçues, le nombre d’heures travaillées n’est pas l’élément qui détermine la validation d’un trimestre. Il existe d’autres critères qui permettent de calculer, de valider les trimestres à l’assurance retraite. Il est donc important de les connaitre.

Quelle rémunération pour valider quatre trimestres pour la retraite ?

Dans la majorité des régimes de retraite de base, le trimestre est la principale unité de calcul de la durée d’assurance retraite. Ainsi, la validation d’un certain nombre de trimestres permet aux travailleurs de bénéficier d’une retraite de base à taux plein. Ce nombre de trimestres varie entre 160 et 172, et il dépend de l’année de naissance du bénéficiaire.

Le salaire est l’un des critères qui permettent de faire le calcul trimestre retraite. Il permet de dire si un trimestre pour l’assurance retraite a été validé. Ainsi, en règle générale, pour qu’un trimestre soit valide, il faut que le travailleur gagne 150 fois le montant fixé par le SMIC horaire brut.

Ce montant étant tout le temps revu, il est de 10,25 euros au 1er janvier 2021 contre 10,15 € en 2020. Ceci signifie que pour valider un trimestre, le travailleur doit avoir gagné au minimum 1537,50 €, soit (10,25 € x 150).

Une fois le montant nécessaire à la validation d’un trimestre connu, il est plus facile de savoir combien gagner par an pour valider les quatre trimestres. En effet, il faut être en mesure de gagner 1 537,50 € x 4, soit un montant total de 6 150 €.

Lire aussi  Faut-il changer de mutuelle à la retraite en tant que fonctionnaire ? 

Aussi, il faut préciser que peu importe le revenu que vous percevez, il est impossible de valider plus de quatre trimestres au cours d’une année. Ainsi, les « salaires élevés » sont pris en compte dans la limite du PASS (Plafond de la Sécurité sociale).

Le plafond du salaire brut pour valider un trimestre est de 3 428 €, et le travailleur qui perçoit plus que ce montant peut valider ses quatre trimestres en deux mois.

Comment valider ses quatre trimestres pour la retraite en étant travailleur indépendant ?

Dans le cas d’un travailleur indépendant, la validation d’un trimestre dépend du chiffre d’affaires net minimum qu’il a enregistré. Ainsi, en fonction du domaine d’activité et de la micro-entreprise, ce seuil change constamment.

En 2021, des modifications ont été apportées au chiffre d’affaires nécessaire par secteur d’activité pour valider quatre trimestres.

  • Un chiffre d’affaires de 20 474 €/an est nécessaire pour valider les 4 trimestres dans les secteurs de la vente, l’hôtellerie, la restauration.
  • Le secteur des prestations de service BIC doit générer 12 030 €/an pour valider les 4 trimestres.
  • Les professions libérales réglementées (BNC-CIPAV) doivent générer 9120 €/an pour valider 4 trimestres.
  • Les prestations de service BIC et les professions libérales non réglementées doivent générer 9675 €/an pour valider les quatre trimestres.
  • Lorsque le chiffre d’affaires minimum n’est pas atteint, la validation d’un trimestre est compromise.
  • Toutefois, un dispositif est mis en place pour pallier ce genre de désagrément : il s’agit du paiement de cotisations minimales. Grâce à cette procédure, les professions libérales non réglementées sont en mesure de valider trois trimestres pendant une année civile, peu importe leur revenu.
Lire aussi  La famille d'accueil pour senior, une solution à bas coût

En 2021, la cotisation minimale est calculée à partir d’un pourcentage du PASS (11,5 %), soit 4 524,96 €. Aussi, pour bénéficier de ces cotisations, il faut faire une demande auprès de l’Urssaf.

Peut-on valider ses quatre trimestres en étant au chômage ?

Lorsque l’on est au chômage, il est possible de valider des trimestres pour préparer sa retraite. Cependant, il ne s’agit pas de trimestres cotisés, mais plutôt de trimestres assimilés. Aussi, la validation d’un trimestre en tant que chômeur répond à certaines règles strictes.

En effet, pour valider un trimestre, le chômeur doit avoir reçu l’ARE (Allocation de retour à l’Emploi) pendant une durée de 50 jours consécutifs.

Ainsi, la validation de 4 trimestres par un chômeur nécessite la perception d’une indemnisation sur une période de 200 jours consécutifs. Aussi, le nombre de trimestres à valider est limité par d’autres conditions comme la durée d’inscription en tant que demandeur d’emploi.

Pour les personnes qui ne reçoivent plus d’indemnités, la période de chômage non indemnisé qui est prise en compte est limitée à un an et demi, soit six trimestres.

Aussi, une limite d’un an est accordée au chômeur qui traverse directement une période de chômage non indemnisé après une période de chômage indemnisé. Néanmoins, si les conditions sont remplies, la limite peut être prorogée à cinq ans.

Il est aussi possible d’avoir un emploi à temps partiel et d’être en situation de chômage, et ne pas percevoir un revenu suffisant pour valider ses quatre trimestres. Dans ce cas, la possibilité est offerte de jouir d’un complément en trimestres assimilés pour le temps où vous ne travaillez pas.

Les cas particuliers de validation d’un trimestre pour la retraite

Il existe de nombreuses périodes d’interruption involontaire de travail qui agissent sur la validation des trimestres. Les raisons les plus fréquentes observées sont : la maladie, le chômage, la maternité, une invalidité, le service militaire, etc. Chacune de ces causes donne naissance à des règles qui définissent les conditions de validation d’un trimestre pour la retraite.

Lire aussi  Épargne retraite : quand et comment la préparer ?

Ainsi, pour les causes de maladie, maternité, accident de travail, un trimestre est validé pour 60 jours consécutifs ou non de perception d’indemnités. Tandis que pour l’invalidité, la perception de 3 mois de pension d’invalidité ou une rente d’accident de travail d’un montant supérieur à 66 % suffit pour valider un trimestre.

Pour les chômeurs qui ne sont pas indemnisés par Pôle Emploi, la validation de leurs trimestres est régie par certaines règles. Les personnes ayant aidé un proche handicapé, malade ou âgé peuvent aussi valider leur trimestre à la retraite à certaines conditions.

Pour les personnes ayant fait le service militaire pendant 90 jours, il est accordé un trimestre d’assurance retraite sans immatriculation préalable à la sécurité sociale.