Il est parfois difficile de parler de certaines maladies, par peur d’être jugé ou par honte. Les maladies de la prostate en font partie. Cependant, plus d’un homme sur huit en souffre et plus de 20 % des cancers masculins s’avèrent être le cancer de la prostate. Alors, quelles sont les douleurs liées à cette maladie ? Ces points vous éclaireront davantage.

La prostate : c’est quoi ?

La prostate est une glande qui se trouve uniquement chez l’homme. Elle se situe sous la vessie, juste avant le rectum. Il faut savoir que ce petit organe de près de 20 gr joue un rôle très important, car il contrôle les éjaculations ainsi que les urines qui sortent de l’urètre.

Outre cela, la prostate permet aux spermatozoïdes de ne pas se coaguler, et donc de survivre lors de l’éjaculation. De plus, elle est responsable de la sécrétion du liquide séminal ainsi que de la production du liquide prostatique.

De manière générale, les problèmes liés à la prostate apparaissent avec l’âge, car cette dernière peut anormalement grandir en vieillissant.

Quelles sont les douleurs causées par les maladies de la prostate ?

Sachez qu’il est possible de prévenir les maux liés à la prostate en consommant des compléments alimentaires. En consultant différents avis sur ceux-ci, vous constaterez leurs bienfaits. Prostalim XR avis par exemple suggère que la consommation du produit aide votre organisme à prévenir ou soigner la maladie.

Si la prostate a des problèmes, des signes comme les spasmes au niveau du bassin et de la vessie apparaissent. Les douleurs se situent principalement entre le périnée et le scrotum, et il se peut qu’elles s’étendent au niveau des testicules et du pénis.

Les hommes qui souffrent de problèmes de prostate ressentent également de la douleur lors de l’éjaculation. L’envie de fréquemment uriner peut d’autant plus survenir et être accompagnée de sang. Il faut même dire que certaines maladies de la prostate causent des frissons ou des épisodes de fièvre qui sont particulièrement inconfortables.

Les diverses maladies de la prostate

L’adénome de la prostate

Cette maladie se caractérise par l’augmentation du volume de la prostate. Cette affection touche principalement les hommes de plus de 50 ans. Parmi les symptômes les plus fréquents et les plus handicapants, il y a l’envie fréquente d’uriner qui peut entraîner par la suite une infection urinaire.

Le cancer de la prostate

Sachez que le cancer de la prostate est le troisième cancer le plus invasif chez l’homme. Il apparaît le plus souvent chez un sujet de plus de 65 ans. Malheureusement, les symptômes de ce dernier n’apparaissent qu’à un stade très avancé de la maladie. Dans certains cas, ce cancer se propage dans le corps, rendant ainsi les traitements difficiles.

La prostatite

Appelée également l’inflammation de la prostate, la prostatite est due à une infection bactérienne, plus précisément la bactérie E.Coli, ou à une infection sexuellement transmissible. Dans ce cas, nous appelons la maladie « prostatite aiguë ». Il y a également ce que l’on appelle « prostatite chronique ». Celle-ci est principalement due à des infections urinaires répétitives ou d’une pathologie connue de la prostate. Il arrive cependant que cette maladie chronique soit causée par une bactérie.

Les traitements des maladies de la prostate

Des traitements et solutions sont mis à la disposition des patients souffrant de maladies de la prostate. Dans le cas d’un adénome de la prostate important ou d’un cancer de la prostate par exemple, le patient peut avoir recours à l’ablation d’une partie de la prostate ou à une radiothérapie.

Les spécialistes sont toujours en quête de nouveaux traitements pour mieux soigner les patients atteints d’un cancer de la prostate. Ils évaluent actuellement l’efficacité de la cryothérapie ainsi que des ultrasons focalisés.

Pour une prostatite, les médecins préconisent la prise d’antibiotiques pendant une longue durée afin de totalement éliminer les bactéries. Si la maladie s’aggrave, le médecin doit procéder à une opération chirurgicale.

Les préventions à adopter pour réduire les risques de maladies de la prostate

cancer de la prostate

Bien que nous ne puissions pas contrôler l’apparition des maladies de la prostate, nous avons la possibilité de réduire leur risque. La première chose que vous pouvez faire est d’uriner dès que l’envie se ressent.

En effet, le fait de se retenir irrite la vessie, ce qui n’est pas bon pour la prostate. Vous devez également boire moins d’eau après 19 heures. Permettez à votre vessie de se reposer durant la nuit.

Outre cela, il est conseillé de pratiquer des exercices physiques de façon régulière, étant donné qu’avoir plus de tonus musculaire vous aide à réguler vos besoins d’aller aux toilettes. Si vous n’êtes pas très sportif, la marche suffit amplement. Toutefois, si vous aimez l’équitation ou le VTT, il est sage de moins les pratiquer, car ils ont tendance à bousculer la vessie.

Plusieurs études ont montré que la pratique d’une activité sexuelle régulière vous permet également de réduire les risques de maladies de la prostate, notamment le cancer. Pour ceux qui ont une partenaire, faites tout de même attention à vous protéger des infections sexuellement transmissibles.

Le fait de manger sainement contribue également à réduire les risques de douleurs et de maladies de la prostate. De plus, être en surpoids ne favorise pas sa bonne santé. Pour ce faire, nous vous proposons de privilégier la consommation de fruits et légumes, tels que le brocoli et la tomate.

Évitez également de consommer trop de viandes rouges, d’aliments transformés, et de graisses. Ces derniers empêchent l’organisme de produire les antioxydants nécessaires pour que la prostate soit en bonne santé. Outre cela, vous êtes invité à consommer moins de plats trop épicés et salés ainsi que de boissons alcoolisées ou riches en caféine, car ils favorisent l’apparition de certaines maladies de la prostate.

Sachez qu’il est également très important d’avoir connaissance de vos antécédents familiaux pour pouvoir entamer un plan de prévention efficace contre les risques du cancer de la prostate. Pour ce faire, nous vous invitons à réaliser un dépistage sanguin. Si certains membres de votre famille ont été atteints par cette maladie, faites-vous tester dès l’âge de 45 ans.