Invitée ce lundi 27 juin sur les plateaux de la chaîne RTL, Brigitte Bourguignon, la ministre de la santé a invité les Français à respecter les mesures visant à réduire la propagation de la maladie à coronavirus.

En effet, avec environ 150 000 personnes testées positives en cette journée du lundi, cette épidémie repart à la hausse. Découvrez dans ce billet la situation actuelle du coronavirus en France et les mesures de précaution à prendre.

Les chiffres actuels du coronavirus en France

À la date du 28 juin en France, 147 248 personnes ont contracté le coronavirus en 24 h, soit une augmentation de 55 % en 7 jours. Les chiffres de l’hospitalisation due à cette épidémie ont également augmenté, avec notamment 4 228 cas sur les 7 derniers jours, soit une hausse de 26 %. Le nombre de décès reste toutefois en baisse, avec 227 personnes ces sept derniers jours, soit une diminution de 1,3 %.

Par ailleurs, dans la période du 13 au 19 juin, la variante SARS-CoV-2 a progressé pour la troisième semaine consécutive sur l’ensemble du territoire métropolitain, avec notamment une hausse de 29 % du taux d’incidence.

On est donc loin de conjuguer au passé l’achat d’un masque ffp2, ou du gel hydroalcoolique pour se protéger. La Première ministre est d’ailleurs montée au créneau pour revenir sur le port du masque de protection et autres mesures visant à endiguer le mal.

Lire aussi  Comment organiser des obsèques à Caen ?

Les recommandations de la Première ministre

Dans le but de freiner la reprise de l’épidémie du coronavirus, la Première ministre a organisé ce mardi 28 juin une visioconférence à laquelle ont été conviés les préfets et les directeurs généraux d’ARS.

Au cours des échanges, le chef du gouvernement a attiré l’attention des participants sur la nécessité d’insister sur les messages de prévention de la maladie du coronavirus auprès des collectivités territoriales, des élus et des populations. Il s’agit notamment de :

  • Porter un masque facial dans les espaces clos, les lieux de promiscuité, les transports en commun ;
  • Se laver les mains fréquemment ;
  • Aérer régulièrement les espaces clos ;
  • Se rendre dans un centre de santé pour effectuer des tests dès l’apparition des premiers symptômes de l’épidémie, et s’isoler immédiatement en cas de résultat positif.

Toutefois, la Première ministre a tenu à préciser : « ces mesures sont des recommandations, elles n’ont pas de caractère obligatoire. Elles font appel à la responsabilité de tous. »

Par ailleurs, Elisabeth Borne a suggéré la vérification du schéma vaccinal, notamment pour les personnes âgées de plus de 60 ans et les personnes vulnérables qui doivent bénéficier de la deuxième dose de rappel, c’est-à-dire la quatrième injection.

Elle ajouta à cet effet que des mails de sensibilisation leur seront envoyés dans les prochains jours.

Pour finir, il est important de rappeler que le gouvernement travaille actuellement sur un nouveau projet de loi Covid qui devrait être présenté et examiné en juillet. Il vise à maintenir jusqu’en 2023 un dispositif de veille et de sécurité.

Concrètement, il s’agit entre autres d’instaurer aux frontières un pass sanitaire (un certificat de rétablissement, un test négatif, un justificatif de vaccination) pour les déplacements à destination ou à provenance de la Corse, d’une collectivité d’outre-mer, ou du territoire hexagonal, des personnes ayant au moins 12 ans.

Lire aussi  Perte d’équilibre chez les seniors, que faire ?

Les prévisions de l’évolution de la maladie à coronavirus cet été

Quelques acteurs du système sanitaire se sont prononcés sur l’évolution du coronavirus cet été. Dans une interview accordée à la Depeche, le Dr Benjamin Davido de l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches (Haut-de-Seine) a décrit le Covid-19 reste une maladie respiratoire très particulière, très virale et qui persiste de jour en jour.

Il renchérit ses propos en faisant comprendre aux médias que nous nous rapprochons d’une zone d’ombre un peu semblable au triangle de Bermudes. Il attire également notre attention sur la prolifération du virus et l’augmentation des sujets atteints par le mal dans le rang de la population qui selon lui, n’est pas totalement immunisé contre celui-ci.

Dans cet ordre d’idée, le spécialiste a souligné qu’il est probable qu’on assite à une hausse des patients atteints de la Covid dans les hôpitaux cet été.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé a annoncé que la Covid-19 tuera moins de personnes en 2022. Pour cela, elle s’est basée sur une modélisation qui prévoit 23 000 morts si les variants et les modes de transmissions ne changent pas considérablement.

Toutefois, en dépit de ces perspectives encourageantes, l’OMS insiste sur le fait que la menace des nouveaux variants est réelle. De ce fait, elle recommande que la vaccination des personnes vulnérables reste une priorité pour tous les États.

Par ailleurs, vous pouvez visiter ce site pour consulter les dernières nouvelles relatives à la pandémie.

L’utilisation du pass vaccinal

Que ce soit le carnet de vaccination, le certificat de rétablissement, ou encore les résultats des tests PCR, le pass vaccinal est obligatoire pour accéder aux maisons de retraite, aux hôpitaux, ou aux établissements accueillant les personnes les plus exposées à la COVID-19.

Lire aussi  Comment aménager son extérieur pour bien vieillir ?

Il est également indispensable pour entrer sur le territoire français ou voyager vers certains pays. Signalons à cet effet que le pass sanitaire européen a été prolongé jusqu’à la date du 30 juin 2023.

Les dispositions relatives au port du masque

Excepté les lieux de santé (laboratoire de biologie médicale, pharmacie, hôpitaux), le port du masque n’est plus obligatoire en France.

Toutefois, comme l’a rappelé la ministre de la santé sur RTL, il est recommandé dans les lieux d’affluence et les transports en commun pour les personnes susceptibles de développer les formes graves de la maladie. Il s’agit notamment des personnes âgées de plus de 60 ans.

Les mesures relatives aux cas contacts

Pour rappel, on désigne par cas contact un individu qui a été en contact avec une personne testée positive, sans avoir pris les mesures de protection nécessaires.

Bien que ces cas soient en hausse en ce mois de juin, l’obligation d’isolement qui leur était appliquée n’a pas été réinstaurée.

Toutefois, ces personnes sont tenues d’effectuer un autotest ou un test antigénique à J+2 du contact avec la personne contaminée. En cas de résultat positif au test antigénique, le test PCR est obligatoire pour confirmer le statut de l’individu.