Près de 10 millions de Français sont atteints d’arthrose, faisant ainsi de cette maladie des articulations celle qui est la plus répandue dans le monde.

Qu’est-ce que l’arthrose et qui est concerné par cette maladie ? Quels sont les traitements les plus courants pour la soigner et sont-ils vraiment efficaces ? Le CBD peut-il être la solution pour améliorer la qualité de vie de ces malades ?

Tout savoir sur l’arthrose

Aussi appelée ostéo-arthrite, il s’agit d’une maladie articulaire produisant une destruction progressive du cartilage, celui-ci ne pouvant alors plus assumer son rôle : participer au bon mouvement des articulations entre elles et les protéger. La destruction est progressive et s’étend peu à peu à toutes ses structures, jusqu’à l’os et au tissu synovial.

L’arthrose peut être inflammatoire ou non. Des morceaux de cartilages peuvent se détacher, créant ainsi d’importantes douleurs mécaniques pouvant aller d’une gêne fonctionnelle jusqu’à une perte de la mobilité.

Cette maladie se ressent notamment dès que l’articulation endommagée est sollicitée. C’est pour cette raison que le déclenchement et l’aggravation de la douleur se ressentent au moment du mouvement (marcher ou monter des escaliers par exemple) et celle-ci sera plus intense le soir, après que le corps ait été sollicité tout au long de la journée. À l’inverse, elle se fera moins ressentir dès lors que l’articulation est laissée au repos, au réveil notamment.

Toutes les articulations peuvent être concernées par cette maladie. La plus commune est celle de la colonne vertébrale puisqu’elle touche près de 75% des personnes à partir de 65 ans et plus.

En deuxième position, nous retrouvons l’arthrose des doigts avec une fréquence de 60% et induisant des déformations irréversibles de ces derniers, souvent accompagnée de grosses difficultés à les utiliser convenablement et à effectuer des gestes simples du quotidien comme tenir ses couverts.

Enfin, l’arthrose du genou à la dernière place du podium avec une fréquence moyenne de 20% chez les plus de 65 ans et générant un véritable handicap dans la mobilité, les genoux supportant l’ensemble du corps.

Cette dégénérescence du cartilage peut être causée par différents facteurs :

  • L’âge puisque 65% des plus de 65 ans et 80% des plus de 80 ans en sont atteints,
  • Une surcharge pondérale qui peut avoir tendance à favoriser une atteinte au cartilage,
  • Le diabète,
  • Les traumatismes, majoritairement pour les personnes ayant pratiqué une activité physique intensive ou ayant dû porter régulièrement des charges lourdes, ou bien ayant mal soigné une entorse,
  • Les facteurs héréditaires peuvent être constatés, en particulier pour les arthroses des mains, de la hanche ou du genou,
  • Les maladies liées aux articulations telles que les rhumatismes, la chondrocalcinose, l’ostéonécrose ou la polyarthrite rhumatoïde.

Elle ne peut être que détectée par un diagnostic clinique ou radiologique qui permettra de vérifier la présence d’excroissances osseuses ou le pincement de l’articulation.

Devant autant de personnes touchées par cette maladie, on peut se questionner sur les bienfaits de la médication classique, mais également envisager des traitements plus novateurs tels que le 321 CBD.

Quels sont les traitements possibles contre l’arthrose ?

Tout d’abord, il faut savoir que tous les traitements existants, aussi variés soient-ils, ne permettent que de lutter contre la douleur, mais n’empêchent, malheureusement pas, l’évolution de la maladie, ni de lutter contre la destruction du cartilage.

Les traitements les plus courants : médication et intervention chirurgicale

  • L’acétaminophène est prescrit en cas d’arthrose légère, mais présente des risques d’endommagement le foie,
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits quand l’acétaminophène n’a pas été efficace. En revanche, on note des effets secondaires dérangeants et pouvant être potentiellement graves au niveau digestif puisqu’ ils endommagent la paroi de l’estomac, pouvant alors créer des brûlures, des ulcères ou des saignements digestifs,
  • Les anti-inflammatoires topiques sont des traitements par voie cutanée (crème ou gel) permettant de soulager les articulations de façon locale sans entraîner de problèmes digestifs générés par les médicaments se prenant par voie orale. Cependant, ils ne sont pas appropriés à tous les types d’arthrose, notamment pour la hanche et la colonne vertébrale, ne pouvant pénétrer assez en profondeur,

L’étape suivante, en cas d’arthrose sévère et lorsque les autres traitements n’ont pas été efficaces, est l’injection de corticostéroïdes. Le traitement est plus progressif qu’immédiat, les doses sont très limitées (de 2 à 4 par an) du fait des effets secondaires importants et en particulier du risque de perte de minéraux des os.

La chirurgie intervient en dernier recours, lorsque les interventions médicamenteuses n’ont su apporter un soulagement et une meilleure qualité de vie au malade. Il peut s’agir d’arthroscopie pour retirer les débris de cartilage et d’os, ou encore de chirurgies visant à corriger les excroissances et difformités osseuses, ou bien de la pose d’une prothèse.

Ainsi, on constate que les traitements usuels n’ont que vocation à apaiser les douleurs, mais qu’ils engendrent également des effets secondaires comme des troubles intestinaux et gastriques, des nausées, des troubles immunitaires et un état somnolent qui ne permettent pas d’améliorer véritablement la qualité de vie des patients.

Pire encore, à cela s’ajoute un gros risque d’addiction entraînant une dépendance. Soigner un problème en en créant un nouveau n’est clairement pas une solution adaptée.

Le CBD, peut-il être une solution dans le soulagement des douleurs d’arthrose ?

cbd parkinson

Le cannabidiol (ou CBD), est une molécule tirée du cannabis. À la base, du chanvre, on peut extraire deux molécules : le THC et le CBD. Le THC est la molécule apportant les effets psychotropes et qui appartient à la catégorie des drogues.

Le CBD, quant à lui, va agir directement sur les récepteurs CB1 et CB2 en régulant certaines fonctions de l’organisme, permettant ainsi de lutter contre diverses douleurs et maladies comme les inflammations articulaires et dorsales, le stress et l’anxiété, les migraines, la maladie de Parkinson, les cancers ou la sclérose en plaques.

Grâce à ses propriétés analgésiques et anti-inflammatoires, il aide à apaiser les douleurs et apporte ainsi une meilleure qualité de vie aux patients tout en leur épargnant la prise de traitement médicamenteux leur créant des problèmes digestifs et autres effets secondaires.

Le CBD, comme tous les autres traitements existants, ne supprime pas la maladie, mais permet un mieux-vivre. Il doit, pour être efficace, être pris en complément d’une autre cure médicamenteuse. Toutefois, dans la mesure où il apporte un véritable soulagement, il permet de ne pas obliger les patients à se tourner vers des opioïdes forts générant une accoutumance.

On le trouve sous différentes formes : huile, e-liquide, résine, fleurs, cristaux ou cire. Son utilisation est ainsi diverse et variée, en application locale, par inhalation ou encore par ingestion. Chacun pouvant trouver le traitement et la dose qui lui convient le mieux.

Que disent les études observationnelles ?

Diverses études ont été conduites, visant à étudier les bienfaits du CBD dans les douleurs articulaires :

Une étude a été menée afin d’étudier les effets du canabidoles dans les douleurs chroniques non cancéreuses dont l’arthrose fait partie. 178 patients ont été sélectionnés. Certains ont reçu la molécule par inhalation ou vaporisation pendant une période de 2 semaines, tandis que d’autres n’ont reçu qu’un placebo. Il a ainsi été constaté que les patients traités par canabidole étaient trois fois plus susceptibles de constater une diminution de leur douleur, de l’ordre de 30%, comparés aux autres.

Une autre analyse a été conduite, regroupant plusieurs études sur un total de 1750 patients. Certains ont reçu un médicament cannabinoïde et d’autres n’ont eu le droit, là aussi, qu’à un placebo. Ces études ont démontré que les cannabinoïdes augmentaient le nombre de patients constatant une diminution de leurs douleurs (50%) par rapport au placebo. Il n’a, de même, été relevé que très peu d’effets indésirables.

Une étude de 2016 a sondé les propriétés anti-inflammatoires du CBD sur les personnes atteintes d’arthrite chronique en leur fournissant une dose journalière de 0,6 à 6,2 mg de CBD, en application locale. Il a ainsi été établi que cette molécule procurait un véritable soulagement ainsi qu’une atténuation des gonflements des articulations et un épaississement du tissu synovial. Cette étude a donc démontré un rôle similaire à celui des anti-inflammatoires et antalgiques, mais sans leurs effets secondaires indésirables.

Le professeur et rhumatologue Philpott a réalisé des injections intra-articulaires sur des rats afin de vérifier si le CBD pouvait diminuer ou faire disparaître les douleurs d’arthrose. Il est parvenu à la conclusion que cette injection locale avait freiné les douleurs et avait même bloqué le développement ultérieur de celles-ci.

Le CBD, d’un point de vue légal

Les traitements médicamenteux courants n’étant pas pleinement satisfaisants et souvent accompagnés d’importants effets secondaires, il a bien fallu envisager une alternative pour lutter contre ces douleurs handicapantes. Le CBD est désormais devenu légal dans de nombreux pays. La France a d’ailleurs sauté le pas en l’autorisant, sous réserve que le taux de THC n’excède pas 0,2 %.

Également, en juin 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé a convenu que « Les applications thérapeutiques du CBD font l’objet de recherches pour diverses utilisations cliniques. (…) Le cannabidiol (CBD) n’est pas spécifiquement inscrit dans les tableaux des Conventions internationales des Nations Unies relatives au contrôle des drogues ».

Peut-on lutter naturellement contre l’arthrose ?

Oui, il est possible de lutter à titre préventif contre l’arthrose, notamment avec la pratique d’exercices physiques tels que la natation, la marche, les étirements ou l’aérobique. Ces pratiques permettent d’apporter un renforcement musculaire.

Dans certains cas, une perte de poids est également recommandée, elle permettra de limiter les douleurs, le corps et les articulations ayant ainsi une charge moindre à supporter.

Enfin, il faut être vigilant et avoir de bonnes habitudes quotidiennes comme adopter une bonne posture afin de protéger les articulations, ne pas rester immobilisé dans la même position sur des durées prolongées afin de diminuer les raideurs et soulever des charges ou objets avec précaution.

On doit opter pour de bonnes chaussures de marches qui répartissent de façon homogène le poids sur les pieds ou avoir recours à des orthèses pour mettre au repos les articulations et soulager les appuis.