Lors de sa conférence de presse de la semaine dernière, le Ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que, pour les familles des personnes accueillies dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), le droit de visite serait bientôt rétabli. Mais dans cette situation, comment peut-on protéger nos Ehpad ?

Point sur la situation actuelle dans les Ehpad

La situation actuelle peut sembler incompréhensible dans la mesure où près de 9000 personnes sont décédées des suites du Coronavirus au sein de ces établissements. Les personnes âgées représenteraient ainsi au moins 40 % des victimes du Covid-19 en France.

Pour en revenir aux visites, Olivier Véran a notamment spécifié que celles-ci se feraient dans des conditions extrêmement limitées et encadrées. Elles ne se feront donc pas au détriment de la sécurité de nos aînés. La priorité du gouvernement est d’ailleurs de protéger les résidents, qui constituent une population à risque. Par ailleurs, plusieurs mesures de protection avaient déjà été mises en place par les équipes de ces établissements. En effet, certains n’ont même pas attendu les mesures gouvernementales avant d’appliquer un certain nombre de règles de sécurité.

Rétablissement du droit de visite

Le confinement au sein des EHPADS a permis de sauver des vies. Cependant, son prolongement strict était en train de devenir lourd pour la santé physique et morale des résidents ainsi que de leur famille.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a donc établi un protocole en corrélation avec les consignes applicables dans ces établissements. Il émet des recommandations, notamment pour rétablir le droit de visite. Celles-ci pourront être renforcées par les équipes de direction après avoir reçu l’accord de l’équipe soignante et des médecins coordinateurs.

En premier lieu, la visite d’un proche en Ehpad est soumise à une demande qui doit être formulée par le résident. Le directeur détermine ensuite, au cas par cas, la faisabilité, ainsi que le lieu où se tiendra la rencontre et les règles à respecter.

Des mesures de contrôle pour stopper la propagation du Covid 19

En amont de la visite, les proches devront signer une charte de bonne conduite définissant le protocole et les règles à respecter qui seront propres à chaque établissement. Il sera impératif de respecter certaines mesures de bon sens, comme ne pas venir voir un proche si on présente un des symptômes du coronavirus (toux sèche, fièvre, difficultés à respirer, etc.). Cette règle est évidemment rétroactive pour les quinze jours précédant la visite, puisque le virus a une période d’incubation moyenne de 14 jours.

Les résidents et les visiteurs ne pourront pas non plus échanger d’objets ou de nourriture. Lors de son arrivée dans l’établissement, le visiteur devra procéder à un lavage minutieux des mains à l’eau et savon. Sinon, il pourra aussi opter pour une désinfection des mains avec une solution hydroalcoolique.

Bien évidemment, le port du masque sera obligatoire. Il pourra s’agir de « masques alternatifs » ou « grand public » fabriqués mains, ou de masques qui seront réalisés par des entreprises professionnelles de signalétique.

Cela pourra être renforcé par le port de lunettes de protection ou celui d’une visière. Le contact physique sera évidemment proscrit. En effet, le gouvernement recommande une distance d’au moins 1 m pour limiter les risques de propagation. Cette distance pourra être matérialisée par des stickers au sol, une grande table, ou encore un hygiaphone ou une vitre en plexiglas.

Un développement des outils numérique

L’isolement de manière générale a mis en évidence une nécessité de développer des outils numériques dans les Ehpad. Mais cela ne sera pas seulement nécessaire dans un contexte comme celui de la crise sanitaire actuelle. Il pourrait être intéressant, de manière générale, de développer et de favoriser les contacts entre les familles et les résidents à travers des logiciels de vidéo-conférence. Notamment si l’entourage du senior vit loin ou est en voyage, les contacts pourront alors être conservés.

Des visites limitées

Parmi les consignes relatives au bon déroulement des visites, le Ministère de la Santé préconise une durée de rencontre de 30 à 60 minutes maximum. Aussi, pour limiter les risques de propagation, les établissements ne pourront organiser qu’une seule visite à la fois. En d’autres termes, il n’y aura qu’un seul aîné et une seule famille par créneau horaire. De plus, les mineurs ne pourront pas visiter les seniors, sauf dans les cas où le patient est gravement malade, ou en fin de vie.

Si les visites se font dans les chambres, un seul membre de la famille pourra rentrer. Lors des visites dans les espaces communs ou en extérieur, les seniors pourront voir jusqu’à deux personnes de leur entourage en même temps.

Les visiteurs devront nécessairement être accompagnés d’un professionnel durant toute la durée de leur passage dans l’établissement. Cette mesure assurera le respect, en tout temps, des consignes établies pour les visiteurs et les patients.

Le protocole autorise les directeurs d’établissements à faire appel aux bénévoles « en nombre limité, formés aux gestes barrières, à la distanciation sociale et connaissant les contraintes des établissements (pompiers volontaires, protection civile, Croix-Rouge par exemple). En aucun cas, des bénévoles non formés et non encadrés ne pourront venir dans l’établissement. »

Un besoin de plus amples informations

La fin annoncée du confinement ne marquera pas la fin du Covid-19. La France rentre dans une période incertaine, où le partage d’informations sur la situation est primordial. D’une part, les Ehpad devront communiquer auprès des intervenants libéraux et des professionnels (psychologues, kinésithérapeutes, cardiologues, …) ainsi qu’auprès des salariés des nouveaux protocoles. Ils devront aussi les éclairer sur d’éventuels changements au niveau des procédures d’intervention auprès des résidents. De plus, il faudra aussi qu’ils soient avertis de la marche à suivre en cas de résident présentant des symptômes du coronavirus.

D’autre part, les EHPADS devront réfléchir à un nouvel aménagement de leurs locaux pour diminuer les risques de contamination entre les résidents. Des pistes sont déjà à l’étude comme le placement systématique en chambre individuelle ayant chacune leur propre salle de bain.

De plus, les directeurs devront mettre en place une communication claire auprès des résidents et de leur famille. Que ce soit à l’aide de dépliants, flyers, affiches, panneaux ou autres moyens de communication, la prévention sera le meilleur moyen de diminuer le risque de propagation du Covid-19. Elle sera aussi le meilleur moyen de lutter contre d’autres virus existants. Dans une optique d’après-confinement, il sera également primordial d’expliquer aux personnes âgées les symptômes principaux du Coronavirus. Ils pourront donc avertir plus efficacement le personnel soignant s’ils en présentent. De la même manière, il faudra leur expliquer les nouvelles mesures liées aux visites, ainsi que les modalités des éventuels confinements individuels en chambre.

Enfin, le personnel soignant pourra s’appuyer sur des supports signalétiques pour rappeler les consignes d’hygiène comme le lavage régulier des mains, le fait d’éternuer ou de tousser dans son coude, etc.

En conclusion, la transmission d’informations et la mise en place de nouvelles mesures de sécurité sont le meilleur moyen de protéger nos aînés contre le Covid-19. Les seniors sont les personnes les plus à risque en cette période de crise sanitaire, et il est essentiel de leur donner les moyens nécessaires pour éviter la contamination.