La DMLA acronyme de Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge, est un des effets les plus fréquents du vieillissement. Maladie représentant une affection progressive de la macula (zone située au fond de l’œil) et touchant la rétine, apparaît généralement passé la cinquantaine, et plus généralement passé les 60 ans. Dégradant significativement les capacités visuelles, elle est un des principaux facteurs de cécité et malvoyance en Europe et dans les pays du Nord. Prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge est un des enjeux majeurs pour les séniors désirants préserver leur vue.

Voici quelques points pouvant aider à sa prévention, ainsi qu’à son diagnostic.

UNE ALIMENTATION SAINE

Prévenir la DMLA c’est adopter une alimentation équilibrée et saine. Tout excès est par définition un facteur aggravant de risque de dégénérescence maculaire. Pour éviter d’aggraver ce risque, un régime de base sans trop d’aliments gras, salés, et sucrés contribuera à un retardement, ou du moins une prévention de la DMLA. La consommation d’oméga-3 jouera un rôle primordial dans le retardement de la maladie. Disponible dans l’alimentions (poisson, fruits secs) ou bien sous forme de compléments alimentaires, ils aideront grandement à l’enrayement de la dégénérescence maculaire.

Outre ces acides gras, les anti-oxydants, présents dans la majorité des fruits et légumes iront dans ce sens de prévention de la maladie. En résumé, adoptez un régime sain, une alimentation équilibrée basée sur une consommation de fruits, de légumes, et de poissons. De qualité ! Consommer des fruits et légumes, du poisson, oui, mais toujours dans une démarche qualitative. Les fruits et légumes s’achètent frais et de préférence non-traités. Le poisson, sauvage et frais ! Évitez le surgelé et les poissons
élevés en batterie.

DÉPISTER LA MALADIE

Diagnostiquer précocement c’est enrayer la maladie au plus tôt. La DMLA étant une maladie chronique et par la même occasion évolutive, pouvant vous empêcher de lire jusqu’à vous priver totalement de la vue (au stade le plus avancé), il est d’un besoin fondamental que de dépister la maladie. Débutant habituellement à un des yeux, ses symptômes, au départ, ne sont que peu perceptibles.

Le dépistage se fait par un examen du fond de l’œil, siège de la macula, sous le contrôle d’un ophtalmologue, et permettra de déterminer ou non, l’atteinte du patient, et le stade de la maladie. Le diagnostic précoce, offrira à la personne atteinte un espoir de récupérer une qualité visuelle optimale, mais aussi des chances de limiter et stopper au mieux la DMLA.

Moralité : n’attendez pas les premiers symptômes pour vous faire dépister. Si vous avez le moindre doute, la moindre gêne, ou la simple volonté de vous rassurer, demandez un rendez-vous à votre ophtalmologiste. Comme le dit si bien le proverbe : mieux vaut prévenir que guérir.

TRAITER LA DMLA

Selon le stade et l’avancé de la malade, le traitement envisagé ne sera pas le même. S’il est une chose à savoir, c’est qu’encore aujourd’hui, la DMLA ne se guérit pas. On peut au mieux limiter l’avancé de la maladie, pareil à la maladie d’Alzheimer, mais jamais stopper net la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Concernant les traitements, il est à noter que non seulement le stade joue sur le traitement mais aussi la forme. Car la DMLA se constitue de 2 formes bien différenciées, la DMLA dîtes de forme humide, et la DMLA de forme sèche.

La DMLA de forme humide plus nombreuse (environ le double que la forme sèche) se traitera par des injections d’angiogéniques dans le fond de l’œil. Traitement qui permettra de freiner la progression. Voire, dans le meilleur des cas récupérer une partie de la vision.

La DMLA de forme sèche qui à l’heure actuelle n’a pas de traitement significatif, à tout de même son lot médicamenteux, bientôt ou dans un futur proche, mis sur le marché permettant d’enrayer la maladie sous sa forme précoce. Mais à l’heure actuelle il n’y aucun traitement permettant d’envisager une guérison. D’où l’intérêt de prévenir la maladie.

Vous l’aurez compris, la DMLA est une maladie non seulement versatile par sa forme, mais aussi handicapante. Par l’absence de traitement de certaines formes, notamment la sèche, une prise de conscience quant à sa prévention est nécessaire. La consommation d’alcool, et le tabagisme sont des facteurs aggravants. Il est bon de le supprimer totalement, du moins pour la cigarette et autre tabac. Un régime basé sur une alimentation riche en anti-oxydants, vitamines, et zinc, sera votre meilleur allié pour prévenir la maladie et l’enrayer. Un effort journalier, marche, activité physique, est là aussi un de vos atouts pour là encore, freiner la maladie.

Une chose demeure certaine, le meilleur moyen de traiter la dégénérescence maculaire liée à l’âge est d’adopter dors et déjà, un mode de vie équilibrée et sain en vue si ce n’est de l’éviter, la repousser au plus tard possible.