Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus répandue, après Alzheimer.

Elle est assez fréquente chez les plus de 60 ans et touche environ 1,5 million de Français.

Elle peut devenir un réel handicap, mais heureusement, il existe quelques habitudes de vie qui permettent de prévenir cette maladie pour la retarder, voire l’éviter.

Vous voulez les connaître ? Nous vous les donnons un peu plus loin !

Qu’est-ce que Parkinson ?

Parkinson est une maladie neurodégénérative. Elle se caractérise par une mort des neurones progressive.

Son évolution est généralement lente et la personne perdra doucement sa capacité à bouger et donc son autonomie.

Les symptômes sont divers, mais on peut notamment citer des tremblements, des troubles de la déglutition, des difficultés à marcher, mais aussi une perte d’odorat, des insomnies ainsi que l’isolement de la personne.

Vous pourrez en savoir plus sur la maladie de Parkinson et l’accompagnement des personnes atteintes sur de nombreux sites spécialisés ou auprès de votre médecin.

Parkinson est peut-être une maladie assez fréquente, il existe néanmoins quelques habitudes de vie qui vous permettront de prévenir cette condition.

Nous allons vous en présenter 5 dont l’efficacité a été démontrée.

1/ Limiter le stress et faire du sport

Faire du sport est bon pour la santé en général, mais mieux encore, il permet de prévenir la maladie de Parkinson.

C’est d’ailleurs ce qu’un article publié en 2012 sur Harvard Health Publishing reprenant des résultats d’études indique.

Selon celui-ci, faire du sport régulièrement permet de réduire jusqu’à 30% le risque de développement de Parkinson.

Cela s’explique notamment par le ralentissement de la dégénérescence des neurones grâce à la dopamine produite lors de séances de sport.

Il est donc conseillé de faire du sport à raison d’une heure tous les deux jours, au minimum.

De plus, faire du sport permet de diminuer le stress grâce à la sécrétion de sérotonine.

Celle-ci permet de se détendre, ce qui aide aussi à prévenir la maladie d’Alzheimer, puisque le stress, l’angoisse ou encore les pensées négatives sont des facteurs de risque.

Une étude de 2017 a d’ailleurs relevé que le stress pouvait être un important facteur dans la progression de la maladie.

2/ Boire du café et du thé

Selon une étude de 2007, la prise de café est directement associée à la maladie de Parkinson.

De même, boire du thé permet aussi de prévenir Alzheimer grâce à la théine et caféine contenue dans celui-ci.

Par conséquent, boire deux tasses de thé ou de café par jour permet de diminuer les risques de développement de la maladie.

3/ Consommer des flavonoïdes

parkinson

Une partie importante de la prévention de la maladie de Parkinson se fait par une alimentation saine et équilibrée.

De plus, il est important de veiller à consommer des aliments contenant des flavonoïdes, un composé bioactif qui est une grande source d’antioxydants.

En effet, une étude de 2012 concernant la relation entre les flavonoïdes et les risques de développement de la maladie de Parkinson a démontré que les aliments contenant ces flavonoïdes permettaient de diminuer les risques, particulièrement chez les hommes, bien que d’autres sources puissent aussi protéger contre la maladie.

Par conséquent, il est important de privilégier les sources de flavonoïdes, à savoir tous les fruits rouges, mais aussi les oignons, le café, le thé ou encore le vin rouge (avec modération).

De plus, l’aubergine, le chocolat noir, les prunes, les haricots noirs, les raisins noirs ou encore le chou rouge peuvent également être considérés comme source de flavonoïdes.

Quand et combien en consommer ? Tous les jours et autant que vous le souhaitez.

4/ Faire le plein de vitamine B 6

Il existe une étude faite en 2006 dont l’objectif était de démontrer un éventuel lien entre la maladie de Parkinson.

Celle-ci, basée sur des personnes âgées de 55 ans et plus, a donné des résultats prouvant l’efficacité de la vitamine B 6.

En effet, après près de 10 ans de suivi, une prise élevée de vitamine B 6 a pu être associée à une diminution du risque de développement de la maladie de Parkinson.

C’est d’ailleurs ce que seconde une étude de 2015 qui indique dans ses résultats que la vitamine B 6 serait un élément permettant de limiter la progression, mais aussi prévenir l’apparition de la maladie.

Vous pouvez donc prendre des compléments alimentaires contenant de la vitamine B 6, mais vous pouvez aussi envisager les aliments suivants, riche en vitamine B 6 : bananes, thon, saumon, toutes les volailles, les abats ainsi que les pois chiches.

5/ Faire attention à la vitamine D

La maladie de Parkinson est aussi privilégiée par un taux de vitamine D bien trop faible.

En effet, cette vitamine a des effets protecteurs pour les cellules nerveuses, ce qui permet aux neurones de se dégrader plus lentement, prévenant ainsi la maladie de Parkinson.

C’est d’ailleurs, ce qu’a démontré une étude de 2010. Les résultats de celle-ci indiquent en effet qu’un taux de vitamines D haut permettait de diminuer le risque de développement de la maladie de Parkinson.