Quand on pense à l’infection urinaire, on pense généralement à une condition qui touche principalement les femmes (environ 2 millions chaque année), bien que les hommes puissent aussi en être atteints.

Et c’est un fait, les femmes y sont plus sujettes de par leur anatomie, avec un trajet plus court entre l’exterieur et la vessie. Chez les hommes, comprenez bien que le trajet supplémentaire du pénis (plus ou moins long selon les individus) rend l’infection plus compliqué pour les bactéries.

Quand il y a infection chez les hommes, c’est généralement compliqué par une prostatite, on part alors sur un traitement pus lourd de quelques semaines.

Infection urinaire basse et haute

Il est important de noter qu’il existe deux grands types d’infection urinaire.

La première est l’infection urinaire dite basse (cette cystite dont souffre chaque année entre 10 et 20% de la population française). Elle vient souvent de l’extérieur et s’installe dans les voies urinaires pour coloniser la vessie.

Mais quand cette infection remonte jusqu’au niveau des reins, elle devient haute et on à affaire à une pyélonéphrite aigue, bien plus grave. Cette infection des reins peut conduire à une septicémie (infection du sang) et engager le pronostic vital.

Quels sont les symptômes “classiques” de l’infection urinaire ?

infection urinaire contagieux

Voici la liste des symptômes à analyser si vous soupçonnez une IU :

  • On fait pipi souvent (ou du moins, on a souvent envie, pour rien au final)
  • Douleurs/brulures mictionnelles
  • Présence de sang dans les urines
  • Possibles mauvaises odeurs de l’urine (décelable si l’on utilise pas de gels intimes au parfum trop prononcé)
  • Fièvre (en cas de haute IU seulement)
  • Mal de dos/ Mal aux reins (en cas de haute IU seulement)

Si vous remarquez un ou plusieurs de ces symptômes, courez voir votre médecin qui vous fera passer un ECBU (L’examen cytobactériologique des urines). Si le test de la bandelette urinaire est positif, vous aurez un traitement antibiotique. Dans le cas ou vous avez le mal au reins et la fièvre, il y a urgence !

L’infection urinaire chez les personnes âgées

Passons maintenant à ce qui nous intéresse ici, comment se manifeste cette même IU chez nos seniors ? La réponse courte : l’IU se manifeste plus fréquemment chez les personnes âgées, de manière plus grave et plus insidieuse.

Les infections urinaires sont plus fréquentes (23 à 50 % des femmes et 20 % des hommes après 80ans), plus graves, plus insidieuses chez les personnes âgées.

Quels sont les symptômes de l’IU en gériatrie

C’est le principal problème, une infection des voies urinaires chez les personnes âgées cause rarement des symptômes aussi clairs et peut ne pas entraîner de douleur ou d’inconfort du tout. Attention notamment chez les seniors qui prennent fréquemment des anti inflammatoires qui peuvent masquer les signes avant coureurs.

Au fur et à mesure que nous vieillissons d’autre part, notre réponse immunitaire change.

Le meilleur des indicateurs à guetter est donc le changement soudain de comportement.

On peut aussi mentionner :

  • l’apparition d’incontinence
  • la confusions ou l’incapacité d’accomplir des tâches que le patient fait très bien en temps normaux (difficulté à s’habiller)
  • perte d’appétit, perte d’autonomie
  • somnolence inexpliquée

Note : une personne âgée aura rarement de la fièvre, mais si c’est le cas, il y a plus que jamais urgence, c’est une infection grave.

Il faut bien comprendre que l’infection de la vessie exerce un stress sur l’organisme qui peut entraîner de la confusion et des changements brusques de comportement chez les personnes âgées atteintes. Pour peu que la personne souffre également d’une maladie de Parkinson, d’Alzheimer, ce stress physique ou émotionnel aggravera cette démence.

Daignostic et traitement

Dans la plupart des cas, il suffira d’aller consulter votre médecin généraliste qui réalisera le diagnostic, vous serez pris en charge avec un remboursement de 70% par la sécurité sociale et 30% par votre mutuelle senior.

Le diagnostic et le traitement d’une infection des voies urinaires chez une personne âgée sont relativement simples : une simple analyse d’urine peut confirmer la présence de l’infection et, pour une personne en bonne santé, les antibiotiques sont le premier choix thérapeutique.

Les infections urinaires disparaissent souvent en quelques jours seulement.

Mais selon l’âge et l’état de santé du patient (et la gravité de l’infection) le traitement peut prendre des semaines et nécessiter une hospitalisation pour l’administration d’antibiotiques par voie intraveineuse.

Quels sont les bons actes de prévention, senior ou non ?

Les reins, les uretères, la vessie et l’urètre travaillent comme un ensemble pour débarrasser le corps de l’urine. Les reins éliminent le surplus de liquide et les déchets du sang sous forme d’urine, les uretères transportent l’urine des reins à la vessie, et la vessie stocke l’urine jusqu’à son évacuation par l’urètre.

Voici quelques gestes de prévention simples, mais qui peuvent faire toute une différence :

  1. S’hydrater correctement : à ce sujet, on dit souvent de boire du jus de cranberry qui est supposé éviter l’adhésion des bactéries au niveau du système urinaire, mais le fait est que cela n’a pas été prouvé par les meta analyses. L’eau conviendra très bien.
  2. Ne pas laisser stagner les urines. Il ne faut pas se retenir de faire pipi, si les urines stagnent dans la vessie à 37° et que des bactéries remontent par l’urètre, la stagnation va faire un joli bouillon de culture…
  3. Bien s’essuyer d’avant en arrière quand on va à la scelle (surtout chez les femmes) pour ne pas ramener les entérobactérie (comprenez qu’il faut éviter de ramener les bactéries du colon)
  4. Faire pipi après un rapport sexuel (aussi bien pour les garçons que pour les filles) afin de drainer et évacuer