Les incontinences urinaires sont une gêne que de nombreuses personnes expérimentent, parfois simplement lors d’efforts, tandis que pour d’autres, c’est un véritable problème qui les touche au quotidien.

En France, c’est environ 3,5 millions de personnes qui sont concernées par les incontinences urinaires, et plus de 70 % de celles-ci sont des femmes.

Mais qu’est-ce que les incontinences urinaires ? Quelles sont les conséquences de celle-ci, mais surtout, comment s’en débarrasser ?

Comprendre les incontinences

L’incontinence est une perte d’urine accidentelle qui touche aussi bien les hommes que les femmes, et ce peu importe l’âge de la personne. Plus généralement, toute fuite d’urine qui gêne le ou la patiente, peu importe la cause, est définie en tant qu’incontinence, pour autant que ces fuites se produisent à plusieurs reprises.

Quelles sont les causes ?

Il existe diverses causes à l’incontinence, et celles-ci peuvent varier d’un type à l’autre.

De manière générale, cela peut être causé par :

  • Le manque de tonicité du muscle vésical ou des muscles du plancher pelvien
  • L’hyperactivité de la vessie (contractions anormales)
  • Des infections urinaires
  • Une augmentation du volume de la prostate chez l’homme
  • Un accident ou une maladie neurodégénérative
  • Certains médicaments, dont les antidépresseurs et les relaxants musculaires

Il existe aussi des facteurs favorisant l’apparition d’incontinence urinaire et notamment :

  • L’âge
  • Le surpoids
  • La ménopause
  • Une intervention pelvienne
  • Des troubles mictionnels
  • Une hystérectomie
  • Un accouchement
  • Un stress ou une anxiété non contrôlée

Quels sont les symptômes ?

incontinence senior

Il y a 2 grands symptômes qui définissent absolument tous les types d’incontinences : les fuites urinaires et des douleurs au niveau de la vessie.

Quels sont les différents types d’incontinence ?

Il existe au total 4 types d’incontinences urinaires, à savoir l’incontinence d’effort, l’incontinence liée à l’hyperactivité vésicale, l’incontinence urinaire mixte et l’incontinence par regorgement.

La première est le type le plus fréquent et représente la moitié de la population atteinte. Elle survient dans le cas d’efforts tels que le port d’une charge assez lourde, mais peut aussi se produire lors d’éternuement ou de toux forte.

L’incontinence d’hyperactivité vésicale se traduit elle par une envie pressante d’uriner qui ne peut pas être retenue, comme c’est le cas pour 20% des femmes touchées.

Ensuite, le type mixte allie les deux cas précédents et représente une peu près 30% des femmes souffrant d’incontinences urinaires.

Enfin, l’incontinence par regorgement, le type le plus fréquent chez les hommes, est due à une perturbation dans l’évacuation de la vessie, souvent à cause d’une augmentation de la taille de la prostate, et qui entraîne à l’affaiblissement du muscle vésical, et donc a une incontinence.

Quelles sont les conséquences ?

Vous vous en doutez, une des plus grandes conséquences de l’incontinence est le risque que les fuites d’urine s’accentuent et deviennent trop importantes. Néanmoins, ce n’est pas la seule conséquence, et les incontinences ont des effets psychologiques assez néfastes.

En effet, selon plusieurs études menées au cours des dernières années, l’incontinence peut mener à une perturbation de la vie sociale et professionnelle, certaines personnes étant même obligées de changer de travail. Mais le pire reste que ces contraintes et changements peuvent entraîner une perte de confiance en soi, une certaine anxiété, et cela peut aller jusqu’à causer une dépression.

De plus, les effets néfastes ne s’arrêtent pas là, puisqu’il est aussi possible que la dégradation de la qualité de vie liée à l’incontinence puisse impacter et augmenter le risque de maladies comme l’ostéoporose, notamment.

Quelles sont les solutions contre les incontinences ?

Heureusement, aujourd’hui, il existe plusieurs types de solutions contre les différents types d’incontinence urinaire, que ce soit des produits d’incontinence comme le port d’une protection, des médicaments ou des solutions naturelles.

Quand faut-il aller consulter ?

Le mieux, c’est de consulter au plus vite. Si vous remarquez qu’à plusieurs reprises vous souffrez de fuites urinaires lors d’efforts ou que pendant une certaine période vous avez eu des soucis, alors ne tardez pas à aller chez votre médecin afin de faire des tests si besoin, que ce soit pour évaluer l’ampleur de l’incontinence ou écarter toute maladie plus grave qui pourrait avoir comme symptôme les fuites urinaires.

Quelles sont les solutions naturelles ?

Il y a plusieurs solutions naturelles que vous pouvez tenter en cas d’incontinence urinaire, telles que :

  • La relaxation : dans le cas d’une vessie hyperactive, il est possible que l’incontinence soit causée par un certain stress. La relaxation, que ce soit par la méditation ou toute autre méthode, permet donc de diminuer les fuites liées à cela.
  • Les infusions : certaines infusions, notamment au fenouil et aux feuilles de framboises, sont considérées comme utiles en cas de fuites urinaires. Bien que leurs résultats n’ayant pas été démontrés, les essayer n’est pas dangereux pour la santé.
  • Les compléments alimentaires : les compléments alimentaires et nutriments en gélules peuvent aider à retrouver un certain équilibre et réduire l’hyperactivité de la vessie. Notamment, les gélules contenant des oméga 3 ou des antioxydants sont conseillées.

Quelles sont les solutions médicamenteuses ?

Dans le cas d’une incontinence due à l’hyperactivité vésicale où la vessie se contracte de façon anormale, il est possible de demander à votre médecin de vous prescrire des médicaments que l’on appelle « anticholinergique ». Ceux-ci permettent d’arrêter, ou au moins limiter, les contractions de la vessie et peuvent aussi réduire en fréquence les envies pressantes que vous ressentez.

Qu’en est-il de la rééducation du périnée ?

La rééducation du périnée est une solution pouvant aider à rééduquer les muscles du périnée chez la femme (et aussi chez l’homme via des exercices de Kegels).

Il faut savoir que ces muscles, et plus particulièrement leur affaissement, peuvent être la cause des fuites urinaires liées à l’effort, et les rééduquer permet de limiter petit à petit les fuites, sachant qu’il faut généralement 3 mois pour totalement rééduquer le périnée, à raison d’une séance par semaine.

En soi, les séances permettent de visualiser la contraction musculaire du périnée grâce à une sonde, ce qui permet d’apprendre à bien le contracter dans toutes les situations et à savoir comment le contracter et quand.